Travailler comme développeur : où te faire embaucher ?

Si tu t’intéresses au code, tu as peut-être simplement pour vocation de t’amuser et programmer tes propres outils ou mini-jeux. Il y a cependant de fortes chances pour que tu ambitionnes de gagner ta vie avec ton travail de développement. Pour une entreprise, une association, voire un Gouvernement, tu es alors la personne de confiance qui va leur permettre de concrétiser un projet de développement informatique. Connaître les acteurs du développement, et surtout savoir à qui s’adressent les personnes prêtes à payer pour concrétiser leurs besoins est l’occasion de savoir où travailler comme développeur. Qui sait, tu auras peut-être un jour la chance d’intégrer l’équipe d’une agence de développement renommée, comme inSolus en Suisse, spécialisée dans les solutions logicielles ?

Qui peut avoir un projet de développement informatique ?

L’informatique ne cesse de voir ses champs d’application s’étendre. Après l’éclatement de la bulle Internet est venu l’avènement du mobile, les services clouds, l’intelligence artificielle. Rien ou presque ne semble pouvoir arrêter les besoins en développement à travers le monde. Juste pour te faire peur (ou saliver, c’est selon), en 2018 les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) pesaient plus lourds que le PIB d’un pays économiquement fort comme l’Allemagne. Rien que ça. Autant te dire que le secteur de la tech a encore de beaux jours devant lui.

En tant que futur dev, ça t’ouvre pas mal de portes puisqu’en dehors des géants de la Silicon Valley, tout le monde ou presque a besoin d’outils de communication, d’analyse ou de divertissement. Alors oui, tu as raison, il y a un monde entre développer un site vitrine sous WordPress pour ton boulanger et participer à la création du prochain ordinateur de bord de la fusée Ariane. N’empêche que ça se traduit par un marché de l’emploi super actif, qu’il y a du boulot pour tout le monde voire parfois, comble de luxe, plus de demande que d’offre. C’est notamment le cas du développement d’applications mobiles qui a connu un essor sans précédent en 2017.

Les secteurs d’activités les plus présents dans le quotidien des développeurs web restent ceux du web et des logiciels. Le divertissement et les services financiers sont également de gros demandeurs. Il existe donc plusieurs façons travailler comme développeur.

Travailler comme développeur pour une ESN (aka SSII)

Le plus évident quand tu commences à travailler en tant que dev est l’ESN, ou Entreprise de services numériques. Parfois, on les appelle encore SSII (Société de services en ingénierie numérique), leur ancien nom. Ces entreprises sont spécialisées dans les services numériques et ce sont vers elles que se tournent grand nombre d’entreprises qui ont besoin d’externaliser tout ou partie de leurs besoins informatiques.

En plus du développement, les ESN proposent des services de conseil, d’intégration et de maintenance. Travailler comme développeur pour une ESN, c’est donc l’opportunité de mener à bien des missions chez des clients. C’est l’occasion de te faire la main en te frottant aux conditions réelles du développement, d’apprendre à évoluer en équipe et d’ajouter quelques lignes prometteuses à ton CV. Elles te permettent aussi de bosser sur des missions variées et de tester des nouvelles technos. En contrepartie, tu risques de pas mal te déplacer et de ne pas toujours tomber sur des missions palpitantes.

Intégrer l’équipe informatique d’une entreprise

Dans le jargon, on dit travailler chez le client final. En gros, tu es salarié à l’interne dans la boîte qui a des besoins en informatique. Ça a le côté rassurant d’un salaire qui tombe chaque mois, avec l’avantage de choisir pour qui tu travailles. Le risque de te lasser ou de t’enfermer dans quelques technos définies est cependant plus grand. En même temps, se spécialiser n’est pas la pire chose qui puisse arriver à un développeur !

Là encore, les options sont vastes, tant les entreprises embauchant sont diverses et variées. De la startup à la multinationale, en passant par un nombre considérable de PME, toutes cherchent des développeurs. Les petites structures offrent généralement plus de polyvalence là où les grandes entreprises poussent à la spécialisation. Encore une fois, réfléchis d’abord à tes envies et objectifs.

Travailler comme développeur indépendant

Travailler comme développeur indépendant à la plage
Travailler comme développeur, ça peut aussi être ça

C’est le graal de pas mal de développeurs. Lorsque tu es indépendant, tu es le maître à bord. Tu choisis tes clients, les technologies avec lesquelles tu travailles, si tu utilises ou non ce framework à la mode. Tu décides aussi d’où tu travailles (coucou les digital nomads), dans quelle tenue (on ne veut pas savoir), et à quelle heure. Le geek tend à être un animal nocturne… Personne ne sait vraiment pourquoi, mais on reviendra peut-être sur ce point dans un autre article.

En contrepartie, tu devras démarcher tes clients, faire ta compta, relancer les mauvais payeurs, décider de ta complémentaire et de si tu commences à te préoccuper de ta retraite tout de suite ou quand il sera trop tard. Tout de suite, ça fait moins rêver. À voir l’envie de bosser en maillot de bain à 3 heures du matin est plus forte que le doux refrain métro, boulot, dodo.

On espère que tu as une meilleure idée de quelles sont tes options. Pencher plutôt pour l’une ou l’autre dépend de ton caractère et la dose de responsabilités que tu es prêt à endosser. C’est aussi une question de stade atteint dans ta carrière. Te lancer comme freelance sans expérience est surement dangereux. Faire des missions pour une ESN après 20 ans de dev est surement moins épanouissant. Allez, on te laisse cogiter sur ta vie pro et décider où tu veux travailler comme développeur. Un jour, tout sera limpide. Tu te demanderas alors comment tu as pu bosser pour cette boîte pendant si longtemps ou choisir ce foutu premier langage de programmation.