Coder avec un Raspberry Pi : quel langage, quels projets ?

Salut ami-e-s codeurs et codeuses en herbe (ou déjà confirmés). Aujourd’hui, on se penche sur un sujet plutôt (très) sympa : le Raspberry Pi ! Vous vous demandez peut-être pourquoi on parle pâtisserie sur un blog sur le code… Raté, ce ne sera pas le cas. Par contre vous êtes au bon endroit pour en apprendre plus sur ce nano-ordinateur au prix tout aussi mini. Si on en parle, vous l’aurez compris, c’est qu’il est idéal pour apprendre la programmation. On vous parle donc de Raspi, de Python, de Raspbian et de tout ce que vous devez savoir avant de vous lancer !

Le Raspberry Pi, c’est quoi ?

Raspberry Pi - Un nano ordinateur
Raspberry Pi, un nano ordinateur pour coder

Pour faire simple, un Raspberry Pi est une carte mère avec un processeur ARM. Pas de boîtier (il reste possible d’en ajouter un), pas d’écran, ni de clavier ou tout autre périphérique. Juste quelques connectiques utiles qui permettent de brancher la bête à tout ce qu’il faut pour en faire l’usage de son choix. Avec le Raspberry Pi, tout ce qui n’est pas strictement nécessaire est en option. Libre ensuite au développeur de l’habiller à son goût.

Pourquoi alors acheter un nano ordinateur pas très esthétique (ça se discute, le geek sera ravi) et pas vraiment puissant ? On t’expliquait il n’y a pas si longtemps que le meilleur moyen pour commencer à apprendre à coder est de mettre les mains à la pâte (à tarte) et coder encore et toujours. Le Raspberry Pi s’impose précisément comme l’un de tes meilleurs alliés pour t’y mettre. Si tu es un tant soit peu bricoleur, tu vas te régaler !

En effet, sous ses airs faussement simples, le Raspberry Pi permet de créer son propre cloud, développer un mini serveur web ou tout simplement versionner sur Git. Il permet aussi de faire de l’électronique ou de la robotique grâce au port GPIO (pour General Purpose Input/ Output). On t’en dit un peu plus dans la section suivante, mais le Raspberry Pi permet en effet d’embarquer toutes sortes de composants externes grâce à ses ports d’entrée/ sortie.

Pour finir cette introduction, sache qu’il existe plusieurs modèles de Raspberry Pi. En dehors de quelques améliorations au niveau des performances, la base reste la même. Le tout tient sur une carte mère à peine plus grosse qu’une carte bancaire et propose une connectivité étonnante pour sa taille. Avec en plus un port GPIO, tu peux rajouter à peu près ce que tu veux à la machine.

Spécifications techniques du Raspberry Pi

Raspberry Pi dans le creux de la main
Raspberry Pi : un ordinateur de 85 par 56 millimètres

Parce qu’il faut savoir vivre avec son temps, nous parlerons ici du Raspberry Pi 4 modèle B. À chaque modèle ses particularités, c’est cependant une bonne base pour savoir à quoi t’en tenir. Sans surprise, tu te rendras vite compte que ce sera compliqué de faire du big data avec un Pi (avec plusieurs par contre…).

Côté technique, il embarque un processeur quad-core 64 bits et 1, 2 ou 4Go de mémoire selon les versions. Côté connectivité, on retrouve 2 ports USB 2 et 2 ports USB 3, un port Ethernet, le Bluetooth et bien sûr la possibilité de se connecter en wi-fi. Enfin, le Raspberry Pi 4 embarque un port GPIO 40 points. Chaque port de ce connecteur a un rôle bien déterminé et peut par exemple actionner l’allumage d’une LED.

Le tout tient sur une carte de 85 millimètres de long et 56 millimètres de large. Assez incroyable lorsque l’on considère que le Raspberry Pi 4 est plus performant que les modèles précédents, pour sensiblement la même taille et le même prix. D’ailleurs, une idée de ce que ça coûte d’avoir un ordinateur qui tient dans la poche ? Un peu moins de 40€ pour 1Go et pas plus de 60€ pour 4Go. Qui a dit imbattable ?

Environnement et langages de programmation pour Raspberry Pi

Le Raspberry Pi peut faire énormément de choses. Sa taille et son prix font pourtant qu’il se caractérise par une puissance limitée. Il tourne donc mieux avec un système d’exploitation (OS) adapté, c’est-à-dire léger. C’est là qu’intervient Raspbian, un OS libre et open source, distribué sous licence GNU GPL. Il est tout simplement une version de Debian dédiée au Raspberry Pi.

Quand on commence un nouveau projet de développement, on se pose toujours la question du langage de programmation. C’est d’autant plus vrai lorsque l’on débute et qu’on ne sait pas quoi choisir comme premier langage de programmation. Comme souvent, l’utilisation du Raspberry Pi simplifie les choses.

Techniquement, il est possible de coder avec différents langages ou frameworks sur Raspberry Pi. Raspbian supporte ainsi aussi bien Pearl que Ruby ou même NodeJS (JavaScript). Dans les faits, Python et son environnement de développement Idle sont livrés avec Raspbian et s’imposent souvent comme un choix pratique. En plus, tout tourne sous licence open source et est donc entièrement gratuit.

Ce que tu peux faire avec un Raspberry Pi

Port GPIO 40 points du Raspberry Pi
Les ports GPIO permettent de connecter toutes sortes d’éléments externes

À la base, le Raspberry a été pensé pour apprendre le code. Dans les faits, il sert aussi, et surtout, a assouvir les fantasmes de nombre de geeks à travers le monde. Comme on fait parti de cette catégorie, on revient sur quelques-uns des développements les plus cool que l’on connaisse et qui tournent sous Rasperry Pi. Si tu es tenté, pas de souci, il est très facile de trouver un tutoriel très détaillé pour chacun des projets ci-dessous !

Un projet de photobooth ? Le Raspi peut le faire pour toi

Un des projets classiques du Raspberry Pi est de le transformer en photomaton. Il suffit d’un Raspi, de son module caméra (le RaspiCam), d’un bouton poussoir (pour actionner l’appareil photo) et, en bonus, d’une imprimante si tu veux imprimer les photos en direct. Ce peut être LE projet qui illumine le mariage ou l’anniversaire d’un pote geek.

Pourquoi ne pas avoir ton propre cloud ?

Le Raspi peut également s’utiliser comme serveur de fichiers. Question matos, c’est très simple : on connecte le Pi à Internet, lui branche une carte SD rapide et avec un minimum de stockage. Reste ensuite à installer un logiciel d’hébergement de fichiers type Netcloud (gratuit) ou OwnCloud (libre lui aussi). Le tout peut ensuite servir à stocker et lire des fichiers multimédias ou les partager avec d’autres utilisateurs.

Marre d’avoir l’air d’un touriste avec ton Nikon autour du coup ?

Là on part dans le gros délire, mais il est possible de créer un appareil photo reflex de toutes pièces grâce à un Raspi ! Le photographe irlandais Davis Hunt a par exemple intégré un Raspi dans le grip de son 5D mark II (Canon). Grâce à lui, un script envoie des requêtes régulières à la carte SD et envoie les réponses à l’ordinateur cible. Il peut ainsi contrôler son appareil à distance et sauvegarder automatiquement ses photos. Pour ceux qui ne veulent pas investir dans un appareil photo de plus de 10 fois le prix du Pi, il existe des adaptateurs permettant de visser un objectif pro directement sur le Camera Pi.

Alors, tu as déjà commandé le tien ? Dis-nous en commentaires ce que tu comptes en faire !