Apprendre à coder : par où commencer ?

Le « code » est un mot qui englobe plein de choses. Alors, en toute logique, lorsque l’on décide d’apprendre à coder, on est vite perdu au milieu de toutes les options qui s’offrent à nous. Avec quel environnement, quel langage de programmation, quelle école, ou tout simplement quel type de programme commencer ? L’équipe de CodeKing t’en dit un peu plus pour te dépêtrer de cet enchevêtrement de questions qui se bousculent surement dans ta tête.

Apprendre à coder, pour quoi faire ?

Être attiré par la programmation est assez fréquent. Pourtant, rares sont ceux qui connaissent dès le départ toutes les subtilités du monde du développement. On pense parfois à tort que développeur est un métier. En fait, c’est une multitude de métiers et de spécialités. Finalement, vouloir être développeur est aussi précis que vouloir être sportif. À de rares exceptions près, tous les sportifs professionnels ont une certaine hygiène de vie, de l’endurance, et des conditions physiques hors norme. Les chances qu’un footballeur puisse servir un ace à 230 km/h ou qu’un tennisman sache arrêter un penalty sont pourtant relativement maigres.

Apprendre à coder, c’est un peu la même chose. Bien sûr cela nécessite une bonne compréhension du monde informatique, de solides bases en algorithmique et ne pas renier ses cours de maths. Au-delà de ça, il existe un monde entre le développement front end et back end. Idem entre coder un site Internet et développer un jeu vidéo, écrire des scripts pour le big data ou promouvoir les services d’une banque via une application mobile.

C’est surement la première orientation des questions à se poser lorsque l’on veut apprendre à coder : Quelles sont mes envies ? Mes objectifs ? Le type d’applications que j’aimerais pouvoir créer ? Juste pour te donner un aperçu non exhaustif, tu pourrais être :

  • développeur d’applications mobiles,
  • ou plutôt d’applications de bureau,
  • développeur web,
  • animateur 2d ou 3d,
  • spécialiste de la sécurité informatique, de la blockchain ou du machine learning,
  • administrateur de bases de données,
  • architecte de systèmes d’information,
  • concepteur de jeux vidéo,
  • et bien d’autres métiers qui impliquent de savoir coder.

Quel langage pour apprendre à coder ?

À notre humble avis, utilise dès le départ tes envies et objectifs pour motiver le choix d’un langage par rapport à un autre. On ne rentrera pas dans les détails sur ce point-là, parce qu’on t’a parlé récemment de comment choisir son premier langage de programmation. Inutile donc de te lancer tête baissée dans Java parce que c’est ce qu’impose l’Université de ta ville si tu sais déjà que ton truc c’est le web. À CodeKing, on a tendance à préférer opter pour un langage qui permette de comprendre les bases de la programmation et se faire plaisir en créant de petits programmes rapidement. Histoire de voir si la sauce prend ou si apprendre à coder n’était qu’une manie passagère. Bien sûr, différents avis se confrontent et au final, cela dépendra des préférences et ambitions de chacun.

Où apprendre à coder

Apprendre à coder est à la portée de tous
Apprendre à coder est à la portée de tous

Vouloir coder, c’est bien. Savoir ce qu’on veut coder et avec quel(s) outil(s), c’est encore mieux. Reste encore à passer à l’action. La voie « classique » est de passer par une école, ou de s’inscrire à l’uni. Quand tu veux apprendre à coder, la plupart du temps, tu n’attends pas la rentrée de septembre, tu veux t’y mettre tout de suite. Et quitte à passer sa vie sur un ordi, autant également l’utiliser pour son apprentissage

Dans les écoles et autres universités

Il existe de nombreux cursus, plus ou moins longs, et débouchant sur des diplômes divers et variés. En effet, en plus d’avoir une structure d’apprentissage et des profs en chair et en os, le principal avantage de l’école est la reconnaissance et le diplôme qu’elle offre au futur développeur. Il y en a pour tous les niveaux : BTS, licence pro, master et bien sûr, les diplômes d’ingénieur. Parmi les écoles plus réputées, on retrouve l’EPITA et l’Epitech, pour certains des usines à coder, pour d’autres le Graal. Je te laisse te faire ton propre avis.

De nombreux programmeurs n’ont cependant pas suivi de formation en développement, ni même en informatique. On rentre alors dans la catégorie qui en fait rêver beaucoup.

En autodidacte

Il y a mille et une façons d’apprendre à coder sans passer par une école. Grâce à YouTube et le développement des plateformes de e-learning, on ne compte plus les formations vidéo accessibles de chez soi. Certaines sont gratuites, d’autres payantes. Parmi les plus connues, on retrouve Udemy ou OpenClassrooms en français. Comme toujours dans le domaine du développement, la base de connaissances est bien plus riche en anglais. Jette donc un œil à Khan Academy (aussi en français), Codecademy ou edX qui a été créée par le MIT et Harvard, rien que ça.

Quelle que soit la solution pour laquelle tu optes, coder revient à passer de longues heures seul face à un écran. Heureusement la communauté de développeurs est grande et pleine de ressources. N’hésite donc pas à échanger et proposer ton code au public pour avoir des retours. Profite des canaux virtuels comme les forums et rejoins des projets Github. Il y a aussi plein d’occasions de sortir de chez soi et rencontrer d’autres développeurs (conférences, concours de développement, workshops).

Coder, coder, et encore coder

La théorie c’est le bien. Ne la néglige pas, sans elle il y a peu de chances que tu ailles beaucoup plus loin qu’afficher « Hello world ! » sur ton moniteur. Par contre, seule, c’est une première étape que tu ne franchiras même pas. Apprendre par cœur des bouts de code et pouvoir expliquer chaque nano nuance de la notion d’héritage en POO n’a aucun sens si ton but est de devenir développeur, et donc… wait for it… développer. C’est bien, tu suis. Nous en arrivons en toute logique au point suivant.

La pratique c’est le mieux. Que celui qui commente que le mieux est l’ennemi du bien nous jette la première pierre. Apprendre à coder est une simple étape dont le but est de produire du code et donc créer des programmes informatiques. Sites web, scripts, applications mobiles, peu importe. L’objectif est d’être capable de produire quelque chose qui tourne. Pour cela, il n’y a pas de miracle, il faut mettre les mains dans le cambouis et écrire des lignes et des lignes de code. La programmation n’a rien de facile, et pour beaucoup, d’intuitif. C’est donc en codant que l’on devient codeur, avec tous les programmes inachevés, les bugs et les failles de sécurité que cela comporte.